Assemblée générale extraordinaire du 21 décembre 2005

Compte-rendu établi par Michel Pascal et Laurence Bouckaert

Etaient présents :
Michel Pascal, Denis Dufour, Christian Eloy, Christine Groult, Alain Gonnard, Jean Favory, Jonathan Prager, Laurence Bouckaert, Lucie Prod'homme, Roger Cochini, Stéphane Joly, François Bertrand, Bernard Fort, Jean Marc Weber, Francis Faber, Ivan Khaladji, Denys Vinzant, François Roux, Pascal Gobin, Christophe Maudot, Tom Mays représentant Yann Geslin, Nicolas Vérin, Elzbieta Sikora

La séance est ouverte à 10h16

- Pascal Gobin (PG) présente le rapport financier
A part les cotisations, qu'il faut mettre à jour, la SACEM est notre seule ressource.
La demande de prudence face aux dépenses de transport et logement pour les étudiants est bien suivie, ce qui nous permet de finir l'année avec un solde positif.
En raison des manifestations spécifiques du 25ème anniversaire du CNSMD, nous avons eu quelques difficultés pour obtenir l'aide de la SACEM cette année, mais elle est finalement en augmentation (chiffres exacts à disposition auprès du trésorier)
La possibilité de financer un événement supplémentaire l'an prochain existe, il faudra l'étudier.
Vote du rapport financier : accepté à l'unanimité (PG présentant le bilan s'abstient de voter)

10h25 rapport moral de Chrisitian Eloy (CE)
Le stage Motus est un gros succès : 23 participants.
L'idée d'organiser des bourses pour le stage de diffusion est lancée
La table ronde du 11 octobre est une ouverture par rapport aux années précédentes : 34 invitations lancées, 26 réponses reçues dont 10 regrettant de ne pas pouvoir venir.
Présence de quelques structures peu fréquentées jusqu'ici par nos étudiants.
L'ouverture vers l'international est à nouveau évoquée, en particulier au sujet de Musiques Recherches avec Annette Van de Gorne
Apparente volonté du Ministère de la Culture d'agir à la mise en place d'un DE électroacoustique
Cela n'empêche pas de reposer la question de l'enseignement de manière plus large mais aujourd'hui nous devons profiter d'un vide administratif pour effectuer une mise en place rapide : c'est le sens du groupe de travail de cet après midi.
Rapport adopté.

Roger Cochini (RC) : Annette VandeGorne doit être invitée mais n'est pas concernée directement par les problèmes spécifiques de l'organisation de l'enseignement en France qui nous occupent principalement.
Chrisitne Groult (CG) se charge de reprendre contact avec Philippe Leroux et Andrea Cohen
On propose à tous de refaire le tour des structures d'enseignement qui ne sont pas des conservatoires afin d'étoffer notre effectif.
CE : Attention aux cas des Ecoles d'Art qui ne font pas forcément de la composition électroacoustique
PG : Le but est de parler des problèmes communs aux gens qui enseignent dans des structures spécialisées
Francis Faber (FF) : doit-on laisser de côté les ateliers ou les classes des Universités ? Si non Quid du DNOP destiné à remplace le DEM, et où nous n'apparaissons pas ?
Définissons qui nous pouvons accueillir, et soyons attentifs à ceux qui vont arriver
François Roux (FR) : Il y a en ce moment des discussions pour que les CNSM se fondent dans le système universitaire. Aujourd'hui les diplômes des CNSM sont invalidés au niveau européen.
Jean Favory (JF) : le DNOP se place au niveau du bac, les CNSM de la licence
CE : attention au terme d'interprète dans les textes qui exclue les compositeurs
RC : Nous n'apparaissons pas dans les textes mais il reste peut être du temps pour agir en vue de modifier ceux du DNOP
FF : propose d'écrire officiellement au lobby des directeurs de conservatoire qui font partie de la consultation pour l'établissement de ces textes
CE : Il y a une espèce d'absence de la DMDTS depuis des années, qui n'initie rien, en revanche des expériences démarrent en Région
JF : Nous devons proposer des créneaux particuliers pour émarger au label enseignement supérieur
FR : Certains ont essayé de passer en force, mais ce n'est pas légal
RC : Il faudrait plaider pour apparaître comme seconde option dans le groupe composition et écriture.
Dans les départements il va y avoir des actions très différentes les unes des autres car ceux ci ont de plus en plus de pouvoirs décentralisés
FF : Les Régions aussi prennent en charge le troisième cycle
CG : Le jeune directeur de Pantin travaille aujourd'hui à faire sortir le studio du conservatoire
FF : Le problème des directeurs et des maires c'est que les enfants ont tous aujourd'hui un PC avec une carte son, ils se demandent que faire. Ils se questionnent aussi sur l'Université
Michel Pascal (MP) : J'ai quelques éléments à vous présenter concernant ce que nous avons appelé notre base commune car le déménagement de ma classe au sein du nouveau CNR de Nice, m'a amené à produire un projet détaillé écrit dont nous pourrions récupérer des données, ainsi que le travail sur nos pédagogies par Olivia Blanquet, dont nous aurons une présentation axée sur une comparaison entre l'organisation de l'enseignement dans les conservatoires face au système LMD qui aura lieu demain après midi. Tout cela peut contribuer aussi à clarifier nos demandes pour ce que nous attendons comme compétences de la part des futurs titulaires du DE (explication orale du projet)
RC : Il faut définir notre statut dans les textes administratifs et préserver l'intégrité de la composition électroacoustique, former plus de gens, voir du côté de Dumistes etc…
FF : Les DUMistes font un excellent boulot, les directeurs pourraient préférer souvent les employer plutôt qu'employer un titulaire de DE ou CA
Nicolas Vérin (NV) : Notre rapport à la création est très lié à des réalités individuelles
Ivan Khaladji (IK) : Nous pouvons faire de la transversalité au niveau du premier cycle, démarrer dans des cours d'initiation, je pratique cela à Argenteuil et ça marche bien
RC : Il n'y à pas de structure de formation pour un DE de composition électroacoustique
FF : A Dieppe, nous offrons 5 semaines d'improvisation avec les machines pour les 5 à 8 ans et les résultats sont excellents
CE : Combien de professeurs sont nécessaires pour le plan d'enseignement décrit par MP ?
MP : Il s'agit d'utiliser des professeurs qui sont déjà au CNR pour fournir un enseignement en premier cycle qui n'est pas confié qu'à un seul. Avec cette nouvelle organisation il y a la nécessité d'engager des titulaires de DE, mais pas plus qu'avec l'organisation actuelle. En revanche ce choix d'organisation peut précisément influer sur les compétences que nous attendons des postes à DE, et donc sur quoi nous désirons qu'ils soient évalués.
RC : tout est déjà prévu administrativement, mais personne n'applique les textes
CG : Définissons le DE à la lumière de ce que nous avons dit ce matin.
Elzbieta Sikora (ES) : En fait, il existe déjà un DE , Frédéric Curien l'a obtenu, mais il est le seul à ce jour, et c'est une validation nationale qui a été faite dans ma Région.
FF : le DE s'oriente vers deux missions dont l'assistanat, cependant il faut bien garder à l'esprit que si le titulaire du CA s'en va, l'assistant possédant le DE risque fort d'avoir à gérer alors la classe seul, dans sa totalité. Il n'est pas du tout sûr que le directeur du conservatoire ait envie de conserver alors le poste à CA.
RC : faisons un groupe de travail sur les fondements de notre enseignement, le profil du DE est déjà défini

Présentation par Tom Mays du CNSMD de Paris, professeur associé. Sa candidature est acceptée par l'AG

On met à jour la liste d'adresses email des membres de l'association. La liste du CA comprend trop de membres. Il est décidé afin de conserver tous les candidats, d'opérer une modification des statuts portant le Conseil d'Administration à un nombre minimum de six membres.

On procède à l'élection du Conseil d'Administration. Tour de table pour connaître les candidats. L'examen des questions à étudier ne doit pas être limité aux membres du CA, mais le traitement de sujets particuliers se fera par groupes pouvant comprendre des non membres du CA.

La nouvelle liste des membres CA est voté à l'unanimité, elle comprend :
Pascal Gobin - Christophe Maudot - Tom Mays - Francis Faber - Laurence Bouckaert - Lucie Prod'homme - Michel Pascal - Denis Dufour - Christian Eloy - Alain Gonnard - Jean Favory - François Roux