A E C M E

 

Comte rendu de la réunion du 4 octobre 2002 au CNSMD de Lyon

Le but principal de cette réunion, suscitée à l'initiative de Christian Eloy, était de créer 
l'Association des Enseignants de Composition de Musique Electroacoustique  (AECME), 
d'en établir les statuts, les objectifs, la domiciliation, les ressources, la liste des membres 
potentiels, le conseil d'administration, le bureau et de discuter ensemble de ses futures 
modalités de fonctionnement.

Etaient présents :
François Bertrand, Laurence Bouckaert, Roger Cochini, Denis Dufour, Christian Eloy, Jean Favory, Bernard Fort, Pascal Gobin, Alain Gonnard, Christine Groult, Ivan Khaladji, Christophe Maudot, Edgar Nicouleau, Michel Pascal, Fabien Saillard, Denys Vinzant, Jean Marc Weber,
Ricardo Mandolini, présent en début de réunion doit s'absenter rapidement et donne pouvoir à Roger Cochini. Etaient représentés :
Jonathan Prager, par Denis Dufour Ricardo Mandolini par Roger Cochini Stephane Joly Etaient absents :
Vincent Carinola Christophe de Coudenove David Behar Marcel Frémiot Ces deux derniers n'étant pas enseignants en activité. La réunion s'ouvre par une discussion sur les objectifs de l'association à venir. Lecture est donnée par Christian Eloy de chaque article des statuts prévisionnels, qui sont corrigés, amendés, puis acceptés au fur et à mesure par l'ensemble des présents. Il apparaît consensuel que cette association, si elle doit permettre de proposer une force unie des enseignants de notre discipline, ne doit pas se limiter à une structure uniforme de lobbying. Elle devrait même grâce à l'établissement d'un état des lieux global des enseignements de la composition de musique électroacoustique en France mettre en avant la diversité des pratiques et l'intérêt d'une telle diversité issue d'une histoire aux nombreux points communs. Le travail devra commencer par la communication d'informations par email dans un réseau commun d'échanges. Le problème des conditions d'adhésion à une telle association est soulevé et discuté : - Doit-on intégrer des membres enseignant à l'étranger ? - Doit-on intégrer des membres enseignant dans les écoles d'Art ? - Doit-on intégrer des membres enseignant hors des écoles nationales de musique et des conservatoires ? - Doit-on intégrer des membres enseignant certaines musiques dites actuelles comme par exemple la techno ? Après de nombreux échanges, il semble à chacun que les réponses apportées sont à mettre en cohérence avec le titre choisi qui fait référence à la « composition de musique électroacoustique ». Cette acception permet donc d'intégrer comme membre tout enseignant dont la pédagogie est basée sur un travail de création musicale produit par les étudiants, en particulier (à l'évidence) ceux issus des principes de la musique concrète, de l'art acousmatique, des musiques mixtes, électronique en temps réel, instruments acoustiques avec transformations, du Hörspiel, de la poésie sonore… sans exclusion d'ordre stylistique ni philosophique dans le domaine couramment répertorié de la « musique savante ». Il est donc possible d'intégrer immédiatement comme membres, l'ensemble des personnes présentes qu'ils enseignent en écoles de musiques ou à l'université.
L'intégration de nouveaux membres travaillant en Ecoles d'Art, ou sur les Musiques Actuelles, devront se faire en revanche au cas par cas, par parrainage d'au moins deux membres de l'association, et accord voté par le conseil d'administration. L'intégration de membres enseignant à l'étranger n'est pas jugée aujourd'hui opportune. Il ne sera pas possible d'être membre de l'association si l'on enseigne seulement les moyens techniques utilisés pour la composition sous forme de stages. Un premier cercle d'adhérents dits fondateurs est représenté par les présents. Plusieurs noms sont proposés pour faire également partie de ce premier cercle, parmi lesquels Bertrand Dubedout, Francis Faber, Bruno d'Auzon, Philippe Leroux… D'autres noms sont prononcés au titre d'un « second cercle », personnes qui devraient faire preuve d'intérêt pour notre association mais dont on n'est pas sûr que leur pratique de la pédagogie aujourd'hui corresponde aux critères précédemment évoqués : Gilles Grand, Jérôme Joy… Enfin l'idée de proposer comme membres des personnes ayant enseigné dans notre domaine, mais n'étant plus en activité semble recueillir les faveurs des présents : retraités comme Marcel Frémiot, Pierre Boeswilwald, Elisabeth Sikora… ou jeunes assistants en activité temporaire dans les lieux d'enseignement.
L'émulation et l'échange inter-génération créé par ce principe sont accueillis positivement. Il est décidé d'envoyer aussitôt que possible un courrier aux diverses personnalités cités pour leur proposer d'adhérer. Dans cette optique, il est décidé de ne pas créer de comité d'honneur. L'ensemble des membres doit avoir la légitimité de représenter une force qui compte à elle seule, sans que l'on cherche quelque autre caution de notoriété auprès d'autres acteurs de la vie musicale. L'urgence étant de formaliser la structure de l'association avant d'en discuter plus avant les objectifs à court et à long terme, divers candidats se proposent spontanément afin de créer un premier conseil d'administration. Cette liste sera élue à l'unanimité, elle comprend huit membres: Roger Cochini, Christian Eloy, Bernard Fort, Pascal Gobin, Alain Gonnard, Christine Groult, Michel Pascal, Ricardo Mandolini La réunion se termine par un rendez vous une heure plus tard pour ce conseil d'administration afin d'élire le bureau. Comte rendu succinct de la réunion du conseil d'administration du 04/10/02 au CNSMD de Lyon à 19h00 Sont présents : Roger Cochini, Christian Eloy, Bernard Fort, Pascal Gobin, Alain Gonnard, Christine Groult, Michel Pascal, Ricardo Mandolini La séance s'ouvre sur la nécessité de réunir au même endroit là où les personnes qui vont s'occuper le plus de l'administration de l'association, et le siège social. Après discussion et vote, sont élus au bureau : Président : Christian Eloy Vice président : Roger Cochini Trésorier : Pascal Gobin Secrétaire : Michel Pascal On propose d'organiser l'association en regroupements régionaux, par exemple, Nord, Région Parisienne, Région Lyonnaise, Provence Côte d'Azur et Sud Ouest On se rallie finalement à l'idée de fonder notre siège social au CDMC afin de conserver celui-ci dans un endroit neutre plutôt que chez l'un d'entre nous, tout en conservant une logique aisée à communiquer. L'idée de profiter de l'engagement du CNSMD de Lyon à reproduire annuellement les journées de l'électroacoustique auxquelles nous avons participé pour y implanter notre siège social est donc repoussée ne serait ce qu'en raison de l'éloignement physique de notre président Christian Eloy. En revanche, il est décidé que l'assemblée générale annuelle de l'AECME se fera désormais au CNSMD, à l'occasion de chacune des futures rencontres qui y seront organisées. La nécessité de renouveler régulièrement les membres du bureau, comme le conseil d'administration est affirmée. Roger Cochini propose un organigramme d'action, Ricardo Mandolini l'organisation d'un concours. La réunion se termine avec la nécessité pour chacun de communiquer au plus vite des documents sur l'organisation de l'enseignement dans sa classe afin d'en tirer dès que possible un document commun mettant en avant à la fois son unité, sa spécificité et sa diversité. Christine Groult propose de se servir de ces informations pour ré-orienter vers l'une ou l'autre classe, les étudiants en fonction de leur intérêt particulier pour telle ou telle forme de spécialité. Il est entendu que la communication ne devra pas prendre une tournure centralisée vers le président, mais plutôt un échange d'informations à chaque fois tourné vers le réseau dans son intégralité. Pascal Gobin propose l'établissement d'une seule adresse commune, mais il est préféré pour l'instant de conserver l'ensemble de l'information chez chacun grâce à l'échange d'e.mails.